Lancer la vidéo
loader
Retour Accueil Vidéo suivante

Un web documentaire sur la passion d'un homme pour sa vigne, son terroir, son vin.
Henri Duboscq, vinificateur et poète de Haut Marbuzet, nous invite à voyager sur ses terres de
Saint-Estèphe entre exaltation, raffinement et volupté.

fermer
Vue du Phare

Un webdocumentaire produit par Vue du Phare Production
Conception & réalisation : Arno Chastanet
Production : Baptiste Hamousin, Marie Charvet, Arno Chastanet
Image : Baptiste Hamousin, Bertrand Artaut
Musique originale, prise de son & mixage : Augustin Arbon
Montage : Arno Chastanet, Baptiste Hamousin, Anton Gontcharenko
Étalonnage : Nicolas Bordier

Remerciements :

Henri Duboscq, Bruno Duboscq, Paul Brilli, Romain Carcanade,
Céline & Juliette Chastanet, Lionel Larry André, Jean-Claude & Marie-Jo Chastanet,
Aline Gubert, Visual Impact, Sébastien Marraud et le journal Sud Ouest,
Damien Goubeau, et tout le personnel, vignerons et vendangeurs du château
Haut Marbuzet …

Vue du Phare

Création web et habillage : Agence digitale Sweet Punk

fermer
Le vin à la robe fendue
Retour Accueil
fullscreen mode
La taille et le feu
picto bonus
Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Passion

 

Ce qui fait la personnalité de Haut-Marbuzet se situe sans doute en grande partie au niveau de la vinification. Les raisins sont vendangés très mûrs puis égrappés. Les macérations sont longues. Henri Duboscq reste attaché au matériel traditionnel, comme les cuves en béton qui, quel que soit le soin apporté à son nettoyage, conservent les levures naturelles des millésimes passés : Henri Duboscq dit qu'il aime à penser que chaque année les nouvelles levures viennent réveiller les anciennes qui, dès lors, influencent leur comportement.

Les Duboscq furent parmi les premiers à récolter leurs raisins à surmaturité. Le vin est ensuite élevé en barrique de chêne neuf. Là encore Haut-Marbuzet fut un des premiers à employer cette technique d’élevage. L’ensemble de ces pratiques complète le privilège du terroir en influant sur la couleur du vin, sa structure, sa rondeur et sa longueur en bouche.

Henri Duboscq a souvent raconté son amour des vins onctueux, féminins, finement boisés sans excès, aux tanins doux et mûrs. De ce point de vue, ceux de Haut-Marbuzet se différencient nettement du Saint Estèphe classique souvent viril, austère et astringent.
Un vin à la robe fendue telle les plus élégantes des séductrices.

ICI LA CARTE